E C O - L E A R N

Le billet de la semaine

NOUVELLES DU FRONT DANS “LES RAPPORTS ENTREPRISES ET SOCIÉTÉ”

Par Patrick d’Humières

MEDEF 0, ÉCOLOGIE 1.

Tel est le résultat du match que les patrons ont tenté et perdu en demandant au gouvernement d’une façon incroyablement naïve et simpliste qu’on adopte un moratoire sur les textes de la loi économie circulaire et la programmation de l’énergie, pensant qu’en temps de catastrophe économique, on allait décréter que « l’environnement ça suffit », comme avait dit un ancien président. En pleine déficience des « communs » !
En faisant cela, l’organisation professionnelle visait aussi le Green Deal, les normes automobiles et quelques accélérations récentes pour faire respecter l’Accord de Paris. Mais elle fait un beau cadeau au Gouvernement en le mettant en situation de devoir réaffirmer sa ligne écologique au risque de perdre tout son investissement de l’après-Hulot.
Le ministre de l’Économie qui sait le poids du dossier écologique dans l’équation présidentielle, n’a pas manqué sa cible. Il refinance Air France mais n’oublie pas d’en appeler à une exemplarité environnementale. Même si on sait que la compagnie nationale ne brûle pas son carburant par plaisir et qu’elle ne peut que réduire ses lignes courts et moyens courriers, ce qui aura d’autres conséquences locales à gérer… Il faut dire que Bruno Lemaire avait déjà pris parti clairement, en demandant aux entreprises aidées de renoncer aux dividendes cette année et en excluant celles qui fricotent encore dans les paradis fiscaux, ultime moyen pour les rattraper. Le clivage est posé et chacun doit choisir son camp.
La tribune remarquée de Jean-Pierre Clamadieu, président d’Engie, comme les propos distillés de Pierre-André de Chalendar pour Saint-Gobain, sont clairs : on revit le psychodrame d’avant la COP 21 lorsque les entreprises du nouveau monde ont imposé à celles de l’ancien monde d’arrêter de bloquer le sens de l’Histoire.

Le « durable » est LE sujet systémique par excellence, qui s’impose inévitablement, dont dépendra le succès et le consensus de la reconstruction.

Il faut dire que Total a été mis dans le corneravec une situation pétrolière mondiale jamais vue et une mise en accusation à son AG par quelques grands investisseurs institutionnels qui attendent que l’entreprise s’engage au moins autant que Shell et BP, ce qui n’est pas un drame…
Finalement, dans quel sens va aller « le basculement » ? Entre ceux qui veulent profiter du chaos pour revenir vite comme avant et ceux qui, hommes politiques mobilisés par Pascal Canfin, mais aussi Christine Lagarde, Mark Carney, Frans Timmermans, José Ángel Gurría – excusez du peu – qui ont alerté sur le risque du déni climatique dans la série des grands risques à gérer en même temps que le Covid-19 ?
La leçon est que dans un monde chaotique il vaut mieux faire de la stratégie que de la tactique. Les faits sont nos maîtres, surtout lorsqu’ils concernent les limites physiques de la planète, avec la braise sociale qui couve, avec le chômage et la pauvreté qui montent et une confiance fragile dans les décideurs. Le « durable » est LE sujet systémique par excellence, qui s’impose inévitablement, dont dépendra le succès et le consensus de la reconstruction. Comme le prévoit le DG de l’Institut de l’Entreprise, Paul Allibert, il faut espérer et parier que « l’après sera sans doute l’accélération de « l’avant » plutôt que sa répudiation ».

Nous avons mis en débat avec des acteurs engagés en France et en Europe, dont la communauté des Managers Responsables (MR21) une « modélisation d’un fonctionnement durable de l’entreprise ». Consultez le rapport de proposition « pour une entreprise européenne durable » mis en débat par Eco-Learn en vue de porter une initiative des acteurs engagés en faveur d’une transformation durable des modèles d’entreprises.

Patrick d’Humières est fondateur de l’Académie Durable Internationale / Eco-Learn, directeur pédagogique des Master Class 21 (CentraleSupélec Exed) et enseignant « sustainable business models » à Sciences-Po, fondateur de la communauté « managers responsables 21 ».

  • Pour « apprendre à piloter la direction d’une entreprise durable », inscrivez-vous aux Master Class 21 – 2020/2021, certifiées par CentraleSupélec Exed
  • Pour recevoir nos chroniques mensuelles, inscrivez-vous à notre newsletter.
  • Pour être informé.e de nos offres de « formation à la direction de l’entreprise durable » en présentiel ou online, contactez-nous !

No Comments

Leave a Comment